Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Remboursement de la dette de l’Aibd : La polémique ne s’estompe pas

La dernière sortie du directeur général de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) Doudou Ka, annonçant que l’AIBD a soldé l’ensemble des dettes contractées en 2011 et devant être remboursées en 2029, auprès des partenaires financiers, a suscité beaucoup d’interrogations de la part de certains citoyens. Selon certains, l’AIBD serait très loin du compte.

«AIBD est propriétaire  entièrement de son principal aéroport pour avoir soldé l’ensemble des dettes contractées en 2011 auprès des partenaires financiers. Les dettes en question s’élèvent à 600 millions d’euros (390 milliards de francs CFA). Elles devaient être entièrement remboursées en 2029. Nous avons pu négocier avec l’ensemble de nos partenaires financiers pour rembourser cette dette sans frais». Cette annonce du directeur général de l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd) Doudou Ka a suscité beaucoup de polémique de la part de certains acteurs. Selon eux la réalité est tout autre. L’Aéroport est «loin d’avoir payé ses dettes».

L’infrastructure reste devoir aux partenaires financiers plus de 100 milliards de francs CFA, rien que pour le financement des projets du Hub aérien. Il s’agit, notamment du Centre de maintenance des avions, du Centre de formation aux métiers aéronautiques, et d’une partie des dépenses relatives à la réhabilitation et à la construction des aéroports régionaux. Pour d’autres, cette sortie du DG ne concerne en réalité qu’un système mis en place dénommé Redevance de Développement des Infrastructures Aéroportuaires (Rdia) qui a été instituée depuis le 28 février 2005 sous le régime de Me Abdoulaye Wade.

En effet, la Rdia est prélevée sur les passagers qui utilisent les aérodromes ouverts au public    au Sénégal. L’institution de cette redevance, qui est conforme au document portant politique de l’Organisation de l’Aviation civile internationale (Oaci), a requis l’adoption d’un décret conformément à l’article 6 de la loi n° 2001-09 du 15 octobre 2001 portant loi organique relative aux lois de finances et au Code de l’Aviation civile du Sénégal. Cependant, afin de permettre la perception de la Rdia au-delà du 31 décembre 2005, le Code de l’Aviation civile a été modifié par la loi n° 2005-27 du 26 août 2005 et un nouvel article 91 bis relatif à la Rdia y a été intégré.

Le code prévoit que le taux et les modalités de facturation, de perception, d’utilisation et de gestion de la Rdia soient fixés par décret pris sur rapport conjoint du ministre chargé des Finances et du ministre chargé de l’Aviation Civile. En effet, la Rdia est exclusivement affectée au remboursement de toutes les sommes dues en principal, intérêts, commissions et autres au titre des concours financiers contractés auprès de tout établissement financier pour les besoins du financement de la conception, de la construction, de la maintenance et du développement du nouvel aéroport international Blaise Diagne et ce, jusqu’au complet remboursement des sommes dues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :