Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Licenciement d’employés à Expresso : Les travailleurs réclament la tête de Radi Almamoun

Les travailleurs de d’opérateur téléphonique Expresso Sénégal sont en colère contre leur directeur général Radi Almamoun. Ce dernier a décidé de licencier certains travailleurs pour motif économique. En conférence de presse, ce mardi, les travailleurs menacent de déposer un préavis de grève dans les prochains.    

Après 14 ans d’exploitation, Expresso Sénégal bénéficie du renouvellement de sa licence, malgré le non-respect des clauses contenues dans le cahier de charges, surtout le retard constaté sur les investissements prioritaires et la création d’emplois durant plusieurs années d’exploitation.

A la surprise générale, la société Expresso a entamé depuis le 25 juillet 2022, une procédure de licenciement collectif du personnel, pour motif économique arguant le prétexte d’avoir cumulé des pertes avoisinant à 14 milliards sur les revenus et 5, 9 milliards sur capitaux propres durant les trois exercices de 2019 à 2021, période qui a coïncidé avec la crise sanitaire de la Covid-19.

Le plan d’ajustement préconisé vise à réduire les revenus des travailleurs à travers la compression des effectifs dont la masse salariale ne représentait que 12% des charges totales qui passent actuellement en 2022 à 9%

Les travailleurs sont dévastés d’entendre les arguments avancés par la direction générale pour justifier les mesures envisagés et qui contrastent avec la réalité des faits. Pour étayer leurs arguments par des preuves et par souci de transparence, nous leur avons demandé la présentation des états financiers afin de partager avec les délégués du personnel les informations économiques et financières de la société conformément aux dispositions de la charte nationale sur le dialogue social, ainsi que le pacte national de stabilité sociale et d’émergence et la déclaration des principes tripartite de l’OIT sur les entreprises multinationales et la politique sociale de 2017.

Nous alertons les autorités du pays sur cette situation à ce qu’elles ne tombent pas dans le piège de ce groupe, à ne pas céder à cette supercherie, il n y a aucune difficulté financière qui puisse justifier des suppressions d’emplois dans ce contexte avec toutes les faveurs qui leur ont été accordées.

En effet, la société ne dispose que de cent vingt-huit (128) employés et 56 cadres parmi lesquels dix-huit (18) sont des expatriés dont la composante essentielle est constituée de consultants pour monter des opérations  circonspectes.

C’est également la course effrénée vers les sociétés de placement mettant à leur disposition des agents, ce qui constitue aujourd’hui un modèle achevé de dumping social. La société en compte 80.

A l’heure actuelle des recrutements ont été opérés ce qui démontre à plus d’un titre le non fondé du motif invoqué, Expresso ne traverse aucune difficulté économique, elle a relevé actuellement son chiffre d’affaires de 16% par rapport au dernier semestre et la masse salariale a baissé de 10% en 2022.

La liste des travailleurs licenciés ne fait que s’allonger pour des motifs fallacieux du genre insuffisance de résultats sans aucune base légale ou objective.

Il est temps que cela cesse, l’Etat doit veiller sur les conditions d’exploitation de cette boite dégradantes, en tout état de cause les travailleurs mobilisés derrière leur centrale syndicale sont déterminés à faire face à cette nébuleuse et n’entendent pas se faire écraser.

Ils ont tout donné à cette entreprise qui cherche par des moyens détournés à les liquider, voilà une société multinationale qui ne respecte pas la liberté syndicale et refuse de dialoguer avec ses travailleurs et qui se croit en territoire conquis

Nous exigeons du respect et que les choses se passent dans la transparence à travers la communication du bilan social, ce qui n’a jamais été fait.

Les travailleurs unanimes vont entamer une action de protestation à la mesure de agression et demandent à l’ARTP de procéder à une évaluation du cahier de charge et à la tutelle technique de revoir les clauses du contrat avec l’implication des représentants des travailleurs.

Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :