L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Fonds national de la microfinance (Fonamif): Zahra Iyane Thiam table sur 30 mil­liards de francs Cfa pour sa première année

Pour sa première année d’activités, le budget du Fonds national de la microfinance (Fonamif) est projeté à 30 milliards de francs Cfa. Le Fonds national de la microfinance (Fonamif), mis en place en juin 2020 pour trouver des solutions aux problèmes que vit la microfinance au Sénégal, pourrait disposer d’une enveloppe de 30 mil­liards francs Cfa pour sa première année d’exercice. C’est ce qu’a fait savoir, la ministre de la Microfinance et de l’économie sociale et solidaire (Mmfess), lors de la cérémonie d’installation des membres du conseil d’orientation du Fonamif.

«Pour le moment le Fonds a déposé deux requêtes de financement en rapport avec le ministère de l’Econo­mie. Il s’agit de requêtes adressées à l’Agence française de développement (Afd) et à la Banque européenne d’investissement (Bei) pour un montant de 15 milliards de francs Cfa pour chacune. Si nous arrivons à trouver ces financements, nos pouvons présumer que le Fonds aura un budget de 30 milliards de francs Cfa pour cette année 2021», a en fait, dégagé en perspective Zahra Iyane Thiam. «Cela demeure des projections», a-t-elle précisé, lors de la rencontre à la Sphère ministérielle Ousmane Tanor Dieng.

En attendant d’être édifié par ces institutions financières suite aux requêtes, le Fonamif va prospecter vers d’autres directions, selon la Mmfess. «Aujourd’hui, ce qui est plus attendu du Conseil et de la Direction, c’est de jouer d’entregent pour que nous puissions avoir d’autres sources de financements, afin d’atteindre les objectifs qui nous sont fixés. Et de ce point de vue, aucun effort ne sera ménagé, puisque nous avons une stratégie claire pour le développement du Fonds», a insisté Zahra Iyane.

Faiblesse des ressources longues et stables, taux élevés d’intérêts débiteurs appliqués par les Systèmes financiers décentralisés (Sfd) et faible niveau d’attractivité des Sfd sont les principales contraintes du secteur de la microfinance. L’ambition du Fonamif qui va se déployer sur l’ensemble du territoire national est d’accompagner les clients constitués de jeunes, de femmes, particulièrement des populations vulnérables ; mais aussi des collectivités territoriales.

«Le Fonamif arrive dans un contexte de relance économique, donc il doit être efficacement mis en œuvre afin de faciliter l’accès à des institutions de microfinance viables et durables aux micro entrepreneurs et porteurs de projets à la recherche de financement», a insisté la ministre, faisant aussi savoir qu’il est prévu l’intégration du Fonamif dans les dispositifs publics dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale d’insertion professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :