L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Je suis Sénégalaise ! Un point. Un trait ! (Dr Annette SECK)

Le débat tronqué qui fait la Une de l’actualité depuis quelques temps – appelle une réaction de ma part. Je ne suis pas née en Casamance et je n’y ai pas grandi non plus, je ne suis ni « Diola » ni « mandingue » ni Baynouck non plus!

Malgré tout, je suis une fille de la Casamance et pour une Casamance émergente je m’engage ! et je continuerai à m’engager pour le développement de mon terroir auprès du Président de la République, Son Excellence Macky Sall comme je l’ai fait lors des dernières élections présidentielles sans calcul opportuniste ni prétention démesurée.

Je suis certes fière de faire partie des personnes auxquelles il a accordé sa confiance en me confiant une Direction nationale mais rien ne m’obligeait à m’engager en politique.

Mon père est né à Inor en plein cœur du Fogny, aujourd’hui une des communes du département de Bounkiling. Il a grandi à Marsassoum où il a fait ses humanités auprès de son grand-frère . À sa mort en 2012 il a été enterré conformément à ses dernières volontés à Marsassoum. Je fais mienne cet héritage moral que je porte fièrement surtout quand je traverse cette belle région du nord au sud , de l’est à l’ouest et particulièrement du Diassing au Pakao et du Sonkodou au Boudhié : terre d’honneur, de loyauté et de vertu qui garde encore profondément ancré les marques du passage de mon défunt père.

Ainsi, mon grand père Birahim et mon arrière-grand-père Alassane SECK étaient des lébous appartenant à la lignée de Wassour SECK « l’Elephant de Mbao » comme on le surnommait. Tous deux sont enterrés à Adéane dans le département de Ziguinchor. Ma grand-mère paternelle Adam Sarr était une Sérère « Niominka » comme on les surnomme et de mère Diola du Casa qui s’appelait Yandé Diatta, repose à Bona.

Je suis donc légitimement une fille de la Casamance et fière de l’être. Mais je suis le fruit d’un métissage qui traduit le brassage ethnique entre le nord et le sud du Sénégal.
Sans renoncer pour autant à mes origines lébous dont je suis une digne héritière, je demeure profondément attachée à la Casamance : terre d’accueil de mes ailleuls.

Je me suis attachée à la Casamance et particulièrement à Marsassoum. Je participe activement au développement de mon terroir de cœur et de sang , Je travaille à l’autonomie des femmes et des jeunes et j’apporte ma contribution dans la lutte contre la pauvreté et l’équité sociale.

À Marsassoum on m’appelle affectueusement Souroua Mousso (la femme ouolof) et je ne m’en offusque pas, je m’en glorifie même. C’est une marque de sympathie, d’hospitalité et d’ouverture pour preuve un quartier est même baptisé sourouwa kunda ( chez les ouolof) : symbole d’une parfaite cohésion sociale et d’une symbiose interethnique, ethonoculturelle et même inter-religieuse.

C’est ça aussi le charme de la Casamance; sa multiethnicité qu’on ne trouve nulle part ailleurs.

Je suis une Lébou de Casamance et alors ? Chaque année j’invite la collectivité lébou à venir assister aux cérémonies de prières à l’honneur de mon défunt père et ainsi je retrace l’histoire des ethnies du nord qui sont venues s’installer en Casamance et dont la descendance est née et a grandi en Casamance.

Nous vivons en parfaite harmonie. De grâce que personne ne soulève inutilement la poussière, le Sénégal est indivisible, nous sommes tous cousins , c’est ce qui fait le charme et la beauté de notre Nation.

Par ailleurs, nous sommes en démocratie les choix politiques ne derrangent personne mais ne profitons pas d’une situation particulière pour généraliser. La Casamance fera son choix le moment venu sans tenir compte des actes de naissance de qui que ce soit mais de la capacité des candidats à gouverner un État, une région, un département ou une commune. Comme elle l’a toujours fait d’ailleurs !

En attendant ! Je m’adresse à mes fils et filles étudiants et élèves de la Casamance, instruisez-vous et ne sciez pas la branche sur laquelle vous êtes assis vous risquez de vous retrouver par terre sans comprendre pourquoi.

Ne vous trompez pas de combat, il y a un temps pour tout : le vôtre est celui de la recherche du savoir de l’apprentissage et du savoir-faire.
Le temps est précieux chaque minute compte pour vous et votre pays.
Alors attaquez-vous aux maux au lieu de vous servir des mots et marchons ensemble pour le développement de notre nation : le Sénégal !

Dr Annette SECK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :