L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Impactés par la Covid-19 : Les récupérateurs de déchets sollicitent un appui de l’État et plus de reconnaissance

La pandémie de la Covid-19 a lourdement impacté les récupérateurs de déchets travaillant à la décharge de Mbeubeuss à Dakar. C’est ce qui ressort d’une étude menée par les Femmes dans l’Emploi Informel Globalisation et Organisation (WIEGO) et qui montre que ces travailleurs informels ont perdu quasiment la moitié de leurs revenus liée à la perturbation du marché, de la chaîne d’approvisionnement ou encore du bouleversement de leurs conditions de travail.

 » L’étude révèle que si l’immense majorité des récupérateurs ont continué à travailler malgré la maladie et les risques, tous ont constaté une baisse importante de leurs revenus. Le revenu des récupérateurs en juin 2020 représentait à peu près la moitié de son revenu avant la Covid-19. L’étude menée dans 12 villes à travers le monde, il ressort que Dakar est l’une des villes où les travailleurs informels ont reçu le moins d’appui de la part du gouvernement  » a soutenu El Hadj Maguette Diop, coordinateur du projet de réduction des déchets dans les villes côtières piloté par WIEGO.

Ainsi, ces récupérateurs, particulièrement les femmes, qui ont basculé dans une précarité sans précédent, souhaitent que le gouvernement les reconnaisse comme des agents environnementaux. Ils ont aussi sollicité des autorités étatiques d’un appui pour surmonter la crise sanitaire, d’une aide alimentaire urgente et de la prise en charge concrète de leur santé dans la décharge de Mbeubeuss.

Les femmes font face à un double choc, subissant la diminution de leurs revenus et voyant leurs responsabilités domestiques augmenter, notamment avec la garde des enfants ou encore le soin des malades ou des aînés. « Pour nous les femmes, les difficultés sont nombreuses, nous avons été très affectées par la COVID-19 et nous n’avons reçu aucune aide des collectivités locales qui nous entourent », témoigne Adji Seyni Diop, présidente du comité des femmes récupératrices de Mbeubeuss.

Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir