L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Adji Sarr: “Il y’avait des relations contre-nature très rude…il se faisait faire…”

Adji Sarr, l’employée de Sweet Beauté qui accuse le député Sonko de viol, a fait face au juge d’instruction du 8ème cabinet. Selon Confidentiel-Lettre Quotidienne, lors de son audition devant le juge Mamadou Seck, la jeune Adji Sarr a été très déterminée contre son bourreau.

Adji Sarr n’a pas bougé d’un iota dans ses accusations devant le juge d’instruction et ses avocats.

«Pendant près de 5 heures d’horloge, elle est revenue avec force détails sur les séances de massage à Sweet Beauté», explique la publication quotidienne.

Selon la plaignante, le leader de Pastef se déshabillait toujours à son arrivée, «avant de se faire faire une épilation complète».

Ousmane Sonko, a-t-elle ajouté, réclamait plus de faveurs sexuelles. «Il entrait dans le jacuzzi pour des relations intimes dans l’eau parce que celles-ci empêcheraient une éventuelle grossesse, lui aurait indiqué le leader de Pastef », lit-on toujours dans la même source.

Entendue sur près d’une dizaine de pages, «la jeune femme a expliqué qu’elle était devenue un objet sexuel de Sonko et que, finalement, ce dernier est arrivé même à lui confier des choses intimes sur son couple polygame.

Pour Adji Sarr, le leader de Pastef venait assouvir ses pulsions sexuelles sur elle, par des rapports non consentis avec menaces. Il y avait même des relations contre-nature très rudes qu’elle ne supportait plus», assure CLQ pour finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir