L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Zahra Iyane Thiam, ministre de la microfinance: «J’ai espoir que la mise en œuvre du PROMISE répondra aux attentes des différents acteurs»

Les locaux du Programme de Développement de la microfinance Islamique au Sénégal (PROMISE), ont servis de cadre au ministre de la Microfinance et de l’Économie Sociale et Solidaire, Zahra Iyane Thiam de présider ce vendredi, le premier Comité de pilotage du projet. Une occasion saisie par Mme Diop et Fatou Diané Guéye, Coordonnateur National du Programme de passer en revue le rapport d’activités 2020, mais surtout de valider le Plan de travail annuel pour 2021. Une manière pour Mme le ministre d’espérer : «que la mise en œuvre des activités du PROMISE répondra aux attentes des différents acteurs».

Pour le ministre de la microfinance : «Ce Programme, faut-il le rappeler, s’inscrit dans la vision du Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, qui accorde une place toute particulière à la promotion de l’entreprenariat des jeunes et des femmes pour lutter contre le chômage et la pauvreté, conformément aux orientations déclinées dans l’axe 2 du Plan Sénégal émergent (PSE)».

«Le PROMISE s’inscrit dans la vision du Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, qui accorde une place toute particulière à la promotion de l’entreprenariat des jeunes et des femmes pour lutter contre le chômage et la pauvreté, conformément aux orientations déclinées dans l’axe 2 du Plan Sénégal émergent (PSE), rappelle Zahra Iyane Thiam dans son allocution.

Très en verve, la chef du département de la microfinance d’ajouter : «Dans cette dynamique, la Lettre de Politique Sectorielle de Développement de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire, a ainsi repris la microfinance islamique comme une alternative à côté de la finance conventionnelle, afin de faciliter ».

C’est dans ce sens qu’elle a suggéré aux responsables du PROMISE, à l’entame du processus de développement des produits et services de microfinance islamique, ’’de mettre en place la ligne de financement Moudharaba restreinte ou encore de celle concernant le refinancement du FIMF au profit des SFD hors article 44’’.

«J’ai bon espoir que la mise en œuvre des activités du PROMISE répondra aux attentes des différents acteurs, à tous les niveaux et lui permettra de jouer pleinement son rôle d’outil de développement économique et d’instrument de mise en œuvre du PSE », a-dit-Zahra Iyane Thiam.

Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir