L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Affaire Sonko-Adji Sarr: Les vérités du député Cheikh Bamba Dièye à l’Assemblée nationale

L’Assembée nationale a mis en place une commission ad hoc, pour la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko, accusé de viols et de menaces de mort sur la personne d’Adji Sarr, âgée de 20 ans. Toutefois, en lieu et place de Cheikh Bamba Dièye pour représenter les députés non-inscrits, c’est Ndèye Fatou Ndiaye du parti Rewmi d’Idrissa Seck qui a été choisie.

«Si jamais ils veulent faire du forcing et amener Mme Ndiaye à siéger, alors que les non-inscrits n’ont pas ce droit, cela va conforter la thèse du complot. Parce qu’il s’agit, aujourd’hui, de la dignité et de l’honneur d’un homme qui est important pour ce pays et qui focalise l’attention de milliers de Sénégalais. C’est la raison pour laquelle, pour traiter un tel dossier, il faudrait que toutes les conditions soient garanties et cela par le respect des règles et des libertés», a averti Cheikh Bamba Dièye sur la Rfm, ce mardi 16 février. «Si autre chose doit prospérer, que tous les citoyens sachent que l’Assemblée nationale, dès le départ, s’est…».


Le parlementaire a ainsi annoncé qu’une lettre sera envoyée au président de l’Assemblée nationale et à la présidente de la Commission des lois pour réclamer justice. «Tous les non-inscrits, nous avons écrit une lettre que nous avons adressée à qui de droit. Je voudrais que tous les Sénégalais en soient informés. Les non-inscrits vont décider que c’est Cheikh Bamba Dièye qui sera le représentant dans la commission ad hoc», dit-t-il.


Avant de poursuivre : «Si autre chose doit prospérer, que tous les citoyens sachent que l’Assemblée nationale, dès le départ, s’est enlisée dans un système qui prémédite la thèse du complot et la thèse d’une volonté de tout faire pour que la transparence et le respect des droits de l’honorable député Ousmane Sonko ne soient pas respectés.»


Cheikh Bamba Dièye de laisser entendre : «Nous avons eu des antécédents avec l’affaire Khalifa Sall et je ne voudrais pas, encore une fois, qu’un éminent membre de l’opposition puisse être servi en pâture.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :