Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Nous refusons d’observer un mutisme, et être complice d’une catastrophe sanitaire à Matam (Mariama Diallo, infirmière)

Voilà plus d’une semaine que nous avons été nombreux à tirer la sonnette d’alarme, sur la catastrophe sanitaire qui guette la région de Matam.

Vous n’êtes pas sans savoir que l’ensemble des départements,( Kanel, Ranerou, Matam) qu’elle constitue sont touchés par la Covid-19.

Une partie de la population est symptomatique ; elle présente une toux, de la fièvre, une grande fatigue, des troubles digestifs, cette liste n’étant pas exhaustive, et une autre, non pas des moindres , est asymptomatique.

Par ailleurs, elle porte et transporte, le virus sans le savoir puis, le transmet partout où elle se déplace, via des poignets de mains ou lors d’interactions, sans observer le respect des gestes barrières.

Bien évidemment, la Covid 19 circule et fait de nombreux morts aussi bien, dans les chaumières, que dans les structures de soins. Il nous est rapporté, par la population de la région de Matam, que depuis plusieurs semaines, elle souffre, de symptômes similaires à la Covid-19, celle-ci, circule sans forcément , bénéficier d’une prise en charge sanitaire.

En effet elle craint d’une part la stigmatisation et d’autre part, de mourir, dans nos hôpitaux de Ourossogui et/ou de Matam.
En somme, cela nous rappelle à notre grand désespoir, les carences et le manque d’effectifs criant, amplifiés, depuis l’avènement du virus dans nos zones reculées et enclavées.
Il est également à noter, que la situation peut belle et bien, évoluer de manière défavorable, selon l’angle d’observation et être en passe de devenir incontrôlable, si les moyens attendus ne leurs parviennent pas.

Outre le frein de la stigmatisation, le protocole du MSAS , préconise un test uniquement aux personnes symptomatiques.
Concernant les cas contact Covid+, elles ne bénéficieront d’un test, uniquement qu’en cas de symptômes, les autres n’observant ni isolement, ni surveillance particulière.
Nous pouvons, alors imaginer qu’à ce stade, si rien n’est fait et s’il n’est déjà pas trop tard, que toute la région, voir même les autres sont contaminées et qu’il ne nous reste plus qu’à prier, en espérant que le personnel soignant n’y laissera pas non plus des vies; d’autant plus qu’à l’heure actuelle, ils sont nombreux à être sous traitement.

De même, comment expliquer le silence assourdissant de nos autorités à tous les niveaux, dans la région de Matam et ailleurs.
Nos sources nous informent que le personnel est en temps réel une denrée rare, alors que dire en cette période pandémique.
Le matériel permettant la prise en charge des cas Covid-19 graves à l’hôpital de Ourossogui, est autant en souffrance que ses patients , que faire alors sans matériel médical suffisant et essentiel, si ce n’est que de contempler les 4 respirateurs et se demander à quoi bon, sans lit, sans matériel de première nécessité et surtout sans les effectifs permettant une prise en charge efficace et efficiente, afin de limiter le nombre de victimes de la Covid-19.

Bien entendu, nous saluons le travail admirable, des équipes soignantes et nous nous inclinons devant toutes les victimes connues et anonymes de la Covid-19 ; mais nous refusons d’observer un mutisme, et être complice d’une catastrophe sanitaire.

Les différentes régions du Sénégal dont celle de Matam, ont vu naître l’ensemble de leurs infrastructures, par la participation financière de la Diaspora à travers les 5 continents.

Elle est prêtre de nouveau à se lever, pour les siens, face à ce que nous percevons comme de l’indifférence venant, de nos élus, de nos autorités, jusqu’au sommet de l’état, pour lesquels, nous avons mis à contribution notre temps, nos finances et notre droit de vote.
Force est de constater que notre première appel est resté, sans réponse.

Nous invitons de nouveau, Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République, les représentants élus de la région de Matam et l’ensemble de ses fils et filles à ne faire qu’un, afin de que des vies soient sauvées.

Mariama Diallo dit Polel
Village de Thialy département Kanel région de Matam
Résidente en France
Infirmière diplômé d’état Français

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :