Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Médina Baye: L’arrivée spectaculaire pèlerins à Bord de pirogues

Nous sommes au port de Kaolack ! Ici, c’est l’ambiance des grands jours à 24 heures du Gamou international de Médina Baye. Des chaises en plastiques sont installées sous les tentes érigées dans l’enceinte du Port. Les mesures barrières pour lutter contre la propagation de la maladie du coronavirus sont de rigueur : port de masque et lavage des mains.

À l’entrée, des hommes et des femmes préparent le petit déjeuner. Les uns chauffent les marmites de café Touba tandis que les autres tartinent les morceaux de pains qu’ils mettent dans des sachets. Tout est fin prêt pour accueillir les pèlerins qui, chaque année, arrivent à bord de pirogues à Kaolack pour célébrer la naissance du prophète Mouhamed (PSL). Ils sont des milliers de pèlerins qui viennent dans les différents villages des îles du Saloum que sont entre autres Dioneware, Niodior, Bassoul, Bassar, Diogane, Dieurnda, Fambine, Maya, Diamniadio, Vélingara, Baout, Fayako.

C’est vers 9 heures que les 39 pirogues ont accosté. Les piroguiers faisaient des figures pour éblouir et épater l’assistance. Les bruits des moteurs déchirent les vagues. C’était le qui mieux mieux. L’innovation de taille de cette année c’est qu’il y a des pirogues 7 places, des pirogues minus bus et des pirogues VIP. En sus des autres pirogues dont leur embarcation faisait plus de 150 personnes. Lesquelles portaient des drapeaux blancs à l’effigie de Baye Niasse.

Ces pirogues avaient à bord des jeunes, des vieux, des femmes et des enfants. Certaines dames portent même leur enfant sur le dos. Matelas, sacs, bois sec, ustensiles de cuisines étaient entre autres bagages aussi transportés. Des chants religieux, entonnés par petits groupe ont rythmé leur arrivée. L’ambiance avait fini d’atteindre son paroxysme. La joie d’arriver à bon port sans aucun heurt encore moins d’incident se lit sur les visages des pèlerins insulaires.

Son bébé bien porté sur son dos, Maimouna Sow, issue du village de Dague est aux anges. Elle est fière d’avoir effectué le voyage en pirogue pour rallier dans la cité religieuse de Médina Baye. C’est certes la première fois qu’elle tente l’aventure mais, elle s’en réjouit ; « Nous n’avons eu aucun problème en mer. Le voyage s’est bien passé. Nous avons préféré la pirogue au véhicule pour rendre hommage à notre guide Cheikh Ibrahima Niasse qui, à l’époque, avait fait autant pour visiter les îles du Saloum ».

La soixantaine consommée, Aliou Lène, voyage depuis des années par pirogue pour rejoin dre la cité religieuse de Médina Baye. Natif de Bassoul, il a fait 8 heures dans la large avant d’arriver à destination. Mais, le jeu en vaut la chandelle. « Nous n’avons pas senti le voyage. Baye vaut plus que cela. Nous sommes prêts à tout pour venir célébrer le Gamou à Médina Baye », dit-il. Président de Jahimatou Ansaroudine du département de Foundiougne, Issa Ba revient sur l’histoire de ces insulaires qui débarquent à Kaolack à bord de pirogues.

« Cheikh Ibrahima Niasse a fait les îles du Saloum avant les indépendances. A l’époque, il y avait les pirogues à voiles et celles à pagaie. Donc, malgré les conditions difficiles, il a bravé la mer pour aller à la rencontre des insulaires du Saloum et essayer de nouer des relations religieuses. Aujourd’hui, les pèlerins insulaires veulent lui rendre la monnaie. C’est la raison pour laquelle tous les talibés qui sont dans ces villages des îles du Saloum préfèrent prendre les pirogues », a expliqué Issa Ba.

Il renseigne que, cette année, à cause de la pandémie du coronavirus, les piroguiers ont corsé les prix des billets pour que les enfants ne puissent pas voyager. Mais, informe-t-il, ces derniers ont tous déboursé 10 mille francs CFA, le prix réclamé pour pouvoir voyager. « C’est le sang de Baye qui coule dans leurs veines », déclare-t-il.

Source emedia.sn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :