Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Gambie: Nouvelle Constitution rejetée.


Après plus de 2 ans de travail et de consultations publiques, le projet de nouvelle constitution qui prévoit la limitation des mandats du président de la république et la mise en place d’institutions de régulation indépendantes vient d’être rejeté par une minorité de ‘blocage’ de députés dont la plupart des soutiens du Président Barrow et du parti de l’ancien président Jammeh. Au lieu de le référer en commission pour discussions sur le fond, Il été rejeté sans appel lors de la deuxième lecture privant ainsi le peuple de se prononcer au moment du référendum programmé pour juin 2021.
Cette nouvelle Constitution, certes pas parfaite consacre l’avénement de la 3ème république, des mécanismes pour mettre fin à l’impunité et consolider les acquis démocratiques dont la séparation des pouvoirs, la participation plus équitable des femmes et des jeunes dans les instances politiques.
Par des subterfuges, le Président et ses alliés viennent de dévoyer la volonté populaire avec le rejet de ce texte fondamental qu’est la nouvelle constitution. Ce acte, conforte des tendances récurrentes de mimer le système injuste et déplorable laissé par l’ancien régime. Cet rejet s’ajoute à celui l’année dernière des recommendations de la commission Janneh sur les malversations de l’ancien président Jammeh et ses alliés qui ont pillé le pays et la mise en liberté de tueurs à gage de Jammeh qui ont confessés avoir commis des crimes odieux dont l’assassinat de journalistes.

Cette décision de rejeté cette importante constitution est une régression grave qui risque de fragiliser la transition, diviser davantage les populations et menacer la stabilité de la Gambie.

Des horizons sombres et incertains se dessinent désormais pour la Gambia qui avait suscité tant d’espoir après la fin des 22ans de dictature.

Un dialogue ouvert et des discussions sérieuses et inclusives de toutes les parties prenantes sur la suite de la transition doivent être privilégiés et menés d’urgence dans l’intérêt général. Des réflexions doivent se poursuivre pour trouver une solution qui permet d’avoir une constitution consensuelle sans laquelle il peut pas y avoir d’élection crédible en 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :