Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Media et genre: Le Synpics à la rescousse d’une journaliste au Soleil

La question du genre devient de plus en plus sérieuse dans l’organisation des media au Sénégal. Des stéréotypes perpétuent la discrimination fondée sur le genre. Dans ce registre, le Synpics a dénoncé certaines actions menées à l’encontre des dames de ce milieu.  

«Au Sénégal, les femmes continuent d’être victimes de la furie des directeurs généraux de Médias Publics. Ostracisées, violentées, harcelées sans raison autre que se trouvant sur le chemin de dirigeants de boites sous perfusion de l’Etat, et qui usent de la technique du management de la terreur pour imposer un semblant d’autorité », souligne l’organisation syndicale dans un communiqué parvenu à L’Asnews.

Le Synpics s’en prend cette fois-ci au quotidien national « Soleil ». Les syndicalistes estiment avec ce qui passe dans cet organe que  « les démons de la chasse aux ‘’Moussors’’ bien faites reprennent du service. »

« Après l’épisode de la Dame Fatou Ly épouse Croquette, brutalement et abusivement licenciée pour avoir éternué au bureau en pleine période de Covid et refusé d’être ostracisée, nous apprenons que la journaliste, doyenne dans la profession, Dié Maty Fall est dans le collimateur du directeur général du Soleil qui lui en fait voir de toutes les couleurs. », indique le communiqué.

Le Synpics ne compte pas être un observateur passif. Le problème soulevé par le top management n’a pas sa raison d’être. Le « commandement », du Soleil qui lui refuse même d’invoquer sa clause de conscience et veut l’obliger à traiter de sujets politiques, alors qu’il est de notoriété publique qu’elle est membre du Bureau Politique du Parti Socialiste Sénégalais. »  

A en croire les camarades de Bamba Kassé « malgré ses protestations d’ordre éthique, la dame est aujourd’hui victime d’un harcèlement qui répond simplement à la technique du management par la terreur. »

Le SYNPICS prend à témoin l’opinion qu’au-delà des questions de droits du travail, il est inacceptable de laisser des pratiques dictatoriales avoir cours et pour victime des femmes dont le professionnalisme et l’honnêteté intellectuelle n’est plus à démontrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :