Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Succession de Alioune Sarr: Les acteurs dressent le profil du futur président du CNG

Le départ de Alioune Sarr de la tête du CNG n’est plus un secret. Après 26 ans sans partage, le « tout puissant » président devra céder son fauteuil. Se pose alors la question de celui qui devra reprendre les commandes. Si le nom de Mouhamed Ndao « Tyson » est avancé depuis quelques temps, le misére semble régner. Respectivement promoteur et coach à l’Ecurie Ndakaar, Pape Abdou Fall et Amadou Katy Diop dressent le profil du futur président du Comité national de gestion de la lutte (CNG).

La lutte amorce une phase cruciale avec le départ annoncé de Alioune Sarr. Après 26 ans à la tête du Comité national de gestion de la lutte (CNG), Dr Sarr devra rendre le tablier. Et pour son successeur, des profils ne manquent pas.

D’anciens lutteurs comme Bombardier ou encore Mouhamed Ndao Tyson sont annoncés avec insistance depuis quelques temps. Mais à en croire certains analystes et amateurs du sport de chez nous, seul le ministre des Sports Matar Ba est en mesure de choisir le nouveau président.  Pour Amadou Katy Diop, le successeur de Alioune Sarr ne peut sortir que du milieu de la lutte.

« Le profil idéal pour diriger le Cng ne peut-être qu’un ancien lutteur. Dans tous les sports de combats, les anciens sont à la tête. C’est seulement au Sénégal des autres qu’on voit des personnes qui n’ont pas pratiqué la lutte et être à la tête. Si nous prenons l’exemple des autres sports, il faut être déjà un pratiquant avant de prétendre à diriger cette fédération.

On nous a obligés à avoir tous les papiers nécessaires pour faire ce sport. Et il existe des lutteurs qui ont un acquis dans cette discipline. Et je pense bien certains lutteurs peuvent être le président de cette structure de la lutte. Le Cng doit disparaître et remplacer par une fédération », affirme le coach de l’écurie Ndakarou.

Dans une arène marquée par de profondes divisions, le prochain président du CNG ne devrait pas chômer. Ses chantiers sont immenses. « Il doit revoir beaucoup de choses surtout les règlements. Mais il devra tout faire pour que la lutte olympique retrouve sa place sur le plan international. Il faudra qu’il instaure à nouveau des compétitions dans cette discipline. La lutte simple ne se fait plus dans les régions », a fait remarquer Amadou Katy Diop.

Ancien lutteur et fin connaisseur de la lutte, la légende de l’écurie Ndakaru a déjà un candidat pour succéder à Alioune Sarr.  « Je pense bien que Tyson peut-être le candidat parfait. Il fait parti du bureau depuis deux ans maintenant. Moustapha Gueye peut aussi être un bon président. Ils connaissent le déroulement du Cng. Je pense que Yekini n’est pas intéressé par ce poste », a-t-il ajouté.

Acteur clé de la lutte car étant au cœur du système, Pape Abdou Fall, estime pas dans un premier temps que le moment n’est pas propice pour parler de lutte. « Pour moi, on ne devrait même pas parler de futur changement. La seule préoccupation du peuple sénégalais, c’est comment faire disparaître cette pandémie qui gagne de plus de terrain à travers notre pays, mais également dans monde », a-t-il fait savoir.

Toutefois, le président des promoteurs a quand même jugé nécessaire de donner son avis sur l’actualité du moment. « Je pense bien que nous promoteurs, nous allons discuter pour voir la situation de la lutte. Il existe déjà des combats ficelés depuis la défunte saison. Au préalable, il faut tout faire pour éradiquer cette maladie », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne le profil du futur président du CNG, le président des promoteurs ne veut pas prendre position.  « Je ne peux pas me prononcer sur le candidat idéal. Vu les spéculations et les campagnes déguisées, je crois que les gens n’ont pas encore compris le fonctionnement de la lutte mais également du bureau exécutif du Cng. La seule personne autorisée à choisir le président du Cng n’est rien d’autre que le ministre des Sports. Donc, on doit rester et l’écouter. De toutes les façons, nous en tant que bailleurs, je sais qu’on ne va rien décider sans pour autant parler avec nous », informe celui qui est surnommé « PAF ».

Acteurs majeurs de la lutte, les promoteurs n’auront pas tout de même une quelconque influence sur le choix du successeur de Alioune Sarr. Ce qui les intéresse, c’est le développement de la discipline, quelque soit celui qui sera mis en place. « La lutte ne peut pas se faire sans les promoteurs. Nous sommes les investisseurs. Il faut qu’on arrête avec les trafics d’influence. Cela ne sert à rien. 

Aujourd’hui, on doit plus se focaliser sur le changement de comportement. On ne peut rien faire sans la discipline. Personne ne peut dire si Alioune Sarr va partir ou pas. La seule bataille c’est de trouver une solution pour faire disparaître cette maladie. Je ne vois pas l’intérêt de faire des campagnes pour être le président du Cng. Je suis sûr qu’avant de choisir, on va nous appeler pour une concertation », a ajouté le président des promoteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :