Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Mauvaise gestion à la Chambre de Commerce de Dakar: Les révélations fracassantes de Birane Yaya Wane

Dans une déclaration faite à Dakar où il était en conférence de presse, Birane Yaya Wane, coordonnateur de la Coalition And Deffaratt Chambre de Commerce et le Collectif des élus de la Chambre de Commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar pour la Transparence (NA LEER), a accusé le patronat de se sucrer sur le dos de la population. Il dénigre les quatre organisations qui se partagent le butin (CNP-CNES-MDES-UNACOIS) d’amasser 400 millions de FCFA, par an du Cosec (Conseil sénégalais des chargeurs) destinés aux importateurs.

« La Chambre de Commerce de Dakar CCIAD qui traverse une crise institutionnelle et financière du fait de l’illégitimité et de l’illégalité de certains de ses membres élus qui cherchent toujours à maintenir par des manœuvres frauduleuses pour s’accaparer des fonds publics destinés à soutenir l’entreprenariat à des fins personnelles sans respecter les règles de bonne gestion des deniers publics avec la complicité du ministre du commerce, et sous le mutisme incompréhensible du ministre des finances et des organes des corps de contrôle (IGE, Cour des Comptes, IGF) », dénonce Birane Yaya Wane face à la presse venue nombreuse couvrir l’événement.

Très en verve, celui qui lutte contre l’illégalité au sein de l’instance consulaire dakaroise depuis plus d’une décennie, dénonce en outre, la suspension des activités de la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture de Dakar (CCIAD) au sein de l’union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal (UNCCIAS) dans le seul but de s’accaparer des fonds publics générés par les ponts bascules, du cosec, de la location du site abriter le nouveau siège de la CCIAD, ainsi que la manne financière constituée de diverses subventions et autres provenant de l’état, une suspension d’activités considérée comme une démission pure et simple de l’institution consulaire dès lors que la loi ne prévoit pas de remplaçant en cas de démission.

Dakar24sn.com

Suivez la vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :