Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Succession de Macky : l’énigme Abdoulaye Daouda Diallo

En début d’année, au plus fort du tollé politico-médiatique sur la succession de Macky Sall, Cheikh Yérim Seck, réagissant à la déclaration du 31 décembre 2019 du chef de l’Etat, qui refusait de se prononcer sur la question de la limitation des mandats, avait tenu liste des potentiels dauphins, zappant de celle-ci le nom de Abdoulaye Daouda Diallo.

Pour l’ancien journaliste à Jeune Afrique, il manque au ministre des Finances « le charisme » d’un candidat « sérieux » à la présidence de la République. Était-il moins charismatique que le Premier ministre Abdou Diouf, futur successeur de Léopold Sédar Senghor ? Mais là où Cheikh Yérim a suscité une vague de réactions hostiles, c’est quand il a compté l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur parmi les potentiels successeurs.  

D’autres analystes croient savoir que l’ex-directeur général du COUD, qui a travaillé pendant longtemps avec Mamadou Diop Decroix, a été positionné dans l’échiquier politique de Podor, pour endiguer une montée en puissance du présidentiable Abdoulaye Daouda Diallo, sous le mode sous lequel, Amadou Ba ou encore Aly Ngouille Ndiaye, font face à une rude adversité au plan local, avec la promotion faite, respectivement à Moussa Sy aux Parcelles Assainies et à Samba Ndiobène Kâ à Linguère.

C’est dire que les supputations vont bon train. Mais, Daouda Diallo part avec un atout : de toutes les personnalités citées comme des « dauphins », c’est lui qui éclipse tout le monde en termes de légitimité historique. De plus, il a été lynché médiatiquement par l’opposition alors qu’il était ministre de l’Intérieur. Parfois, on le croyait moins populaire que Me Ousmane Ngom, le ministre de l’Intérieur de Me Wade,  à la date du 23 juin 2011. Le leader de l’Apr peut penser à lui, en récompensant ses sacrifices. 

Dans les coursives du Bloc Fiscal, siège de la Direction des impôts et domaines, on aime se souvenir de son triste sort, à cause de ses connexions avec l’opposant Macky Sall, alors que l’alors DG Amadou Ba,  qui jouissait de l’entière confiance du président Abdoulaye Wade, montait en puissance.

Paradoxe : bien des années après l’élection de Macky Sall, le même Amadou Ba bénéficiera de toutes les faveurs, et Abdoulaye Daouda supportait stoïquement jusqu’au jour où il le remplaça à la tête du super-ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, qui était ainsi éclaté. D’aucuns perçoivent la migration vers le ministère des Affaires étrangères comme une sanction infligée à Amadou Ba, soupçonné de lorgner le fauteuil de Macky Sall.

Ce fait relance l’enjeu autour d’une candidature probable de Abdoulaye Daouda Diallo, diplômé dela promotion 1992 de l’ENAM, avec Nafi Ngom Keïta, ex-patronne de l’OFNAC.  Il n’a pas dit son dernier mot…

Par Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :