Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Projet de réforme des Chambres de Commerce: Le décret d’adoption sur la table de l’État

Les présidents de chambres de commerce d’agriculture et d’industrie étaient en assemblée générale à Matam pour statuer sur les réformes apportées à la création de ces instances. Occasion pour l’Union Nationale de porter à la table du gouvernement le décret fixant la mise en place de ces instances pour son adoption.  Le Président Serigne Mboup qui a présidé la rencontre précise que cela leur permettra de continuer à jouer leur rôle dans le processus de redressement de l’économie du pays fortement touchée par l’effet du coronavirus.

La loi créant les chambres de commerce d’agriculture, d’industrie et de services a été adoptée en février 2017 par l’état du Sénégal ; il s’agissait d’appuyer les opérateurs économiques en matière de décentralisation et leur permettre de jouer pleinement leur rôle sur le développement économique du pays.

Dans ce registre, pour être en phase avec l’UEMOA, les opérateurs encosmiques du Sénégal à travers l’Union des chambres de commerce d’agriculture et d’industrie, étaient en conclave à Matam pour harmoniser leurs points de vue.

Pour le Président de l’Union des chambres de commerce, l’objectif majeur était de renforcer les instances pour qu’elles soient aux normes de l’UEMOA ; Serigne Mboup d’ajouter que « ces reformes seront très utiles pour les générations futures, surtout les jeunes. En cette période de covid, les opérateurs économiques ont la lourde charge de faire des investissements et de pouvoir créer des richesses pour développer le Sénégal. Dans cet ordre d’idées, nous invitons l’État à nous aider par rapports aux reformes que nous voulons faire, surtout que voilà bientôt dix ans que nos instances n’ont pas été renouvelées. Cet état de fait n’encourage pas les jeunes qui souhaitent diriger ces instances et les opérateurs économiques »

Par ailleurs, le Patron des opérateurs économiques du Sénégal, s’insurge sur le fait que Dakar ne fasse plus partie de l’Union des chambres de commerce. «Nous condamnons nos collègues de la chambre de Dakar dont la sortie n’entrave en rien le bon fonctionnement des activités. Dakar ne représente rien en terme d’appui a l’Union ; au contraire, nous discutons avec l’Union de Dakar pour qu’elle fasse de sorte que les autres chambres des régions puissent bénéficier des ressources qu’elle détient, ceci pour être en phase avec l’état dans sa politique de décentralisation car les opérateurs investissent beaucoup dans les régions » a ajoute Serigne Mboup.

Cette assemblée générale a été bien appréciée par les Operateurs économiques qui étaient présents. Pour Docteur Mamadou Ndiade Président de la chambre de commerce de Matam, « les débats ont été très fructueux dans la mesure où les régions regorgent de potentialités. Matam une zone ou l’agriculture prédomine a besoin de plus d’investissement pour enfin réussir l’autosuffisance en riz tant rêvée. A côté il ya le commerce qui constitue une activité reluisante surtout avec les pays frontaliers. Nous envisageons très prochainement de mettre en place un bac pour appuyer le transport fluvial mais aussi et surtout favoriser la traversée des marchandises et booster l’économie de la région de Matam’.

Cette rencontre a également permis aux différents operateurs économiques de comprendre qu’il faut agir dans le temps. Pour le Maire de Kédougou par ailleurs Président de la chambre de commerce de ladite région, « les chambres de commerce sont incontournables dans le pays et les opérateurs jouent un rôle très important dans le processus d’investissements. En plus tous les secteurs d’activités sont représentés, Nous devrions penser à relancer l’économie du pays qui est très affecté par le coronavirus. C’est vrai que l’état a démarré le processus mais le travail ne doit pas se faire sans les chambres de commerce surtout que chaque région a sa spécificité et regorge de richesses ».

Le volet agricole est largement revenu à travers les débats au cours de la dite assemblée générale ou il a été surtout question de la relance de l’Agriculture. Sur ce, les opérateurs économiques ont plaidé pour la prise en compte des doléances des acteurs du monde rural. Serigne Mboup précisé qu’au Sénégal, l’agriculture ne pose pas problème mais plutôt la logistique et la commercialisation.

«Si les producteurs étaient rassurés qu’après la vente, ils vont recevoir leur argent à temps réel, le problème ne se poserait pas. Mais dans ce pays, les producteurs Thailandandais sont beaucoup plus favorises au détriment des producteurs sénégalais. L’état ne joue pas la carte de l’équité par rapport au prix de revient ou les producteurs sénégalais sont lésés. Si toutefois les producteurs sénégalais étaient bien rassurés sur les termes de référence sur la production du riz, le problème ne se poserait pas » a-t-il conclu.

Au terme de l’assemblée générale, l’Union des chambres de commerce d’industrie et de services a décidé de porter le décret portant la création des chambres sur la table de l’état pour son adoption. «Un large consensus a été trouvé pour qu’enfin le décret de création des chambres de commerce soit adopté par les autorités compétentes, Le travail a été fait sous l’égide des différentes chambres de commerce des régions à travers le président Serigne Mboup. Il appartient maintenant à l’autorité de tutelle d’apprécier pour la signature a ajouté Yaya Birane Wane Président du Conseil National des dirigeants d’entreprises du Sénégal.

Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :