Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dialogue avec Macky : le double-jeu de Abdoulaye Wade  

Tel Napoléon, Me Abdoulaye Wade, en politique rusé, sait quand il faut sortir de la peau du lion pour entrer dans celle du mouton. Depuis l’emprisonnement de son fils en 2013, suite à la réactivation de la Cour de répression de l’enrichissement illite (CREI), c’est un jeu de la Barbichette entre l’Alliance pour la république et le Parti démocratique sénégalais. Comme il le fit avec Léopold Sédar Senghor, quand il manœuvra pour obtenir la création d’un « parti de contribution » avant de passer à l’opposition radicale, comme il le fit avec Abdou Diouf en intégrant, à deux reprises, en 1991 et 1995, le gouvernement de majorité présidentielle élargie, le pape du Sopi souffle le chaud et le froid avec Macky Sall, tout en espérant l’avoir à l’usure.

Ainsi, aphone depuis quelque temps sur les questions brûlantes de l’heure, le Pds rompt subitement le silence pour manifester son intention de poursuivre le ministre de l’Environnement, Abdou Karim Sall, empêtré dans l’affaire dite des oryx. Pourtant, sur d’autres scandales de la même ampleur, sinon plus, le parti libéral avait l’occasion de se signaler par l’une de ses sorties acerbes par lesquelles l’ancien président de la République révéla la nébuleuse Petro Tim, au lendemain de la condamnation de Karim Wade. Au contraire, le Pds a soutenu le chef de l’Etat dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, tout en s’abstenant d’envoyer son chef négocier avec Macky Sall au palais, là où le reste de l’opposition significative, de Rewmi d’Idrissa Seck à Pastef de Ousmane Sonko, a répondu à l’appel du président.

Curieusement, ces attaques contre Abdou Karim Sall surviennent au lendemain de la volonté affichée de la bande à Oumar Sarr de créer un parti politique, après avoir officialisé leur départ du Pds et renoncé à la bataille devant les tribunaux. Me Abdoulaye Wade soupçonne-t-il le leader de l’Apr d’avoir aiguillonné Babacar Gaye et Cie pour « réduire le Pds à sa plus simple expression ?» On peut le penser. Le pape du Sopi nourrissait le même sentiment à l’endroit de Abdou Diouf  à chaque fois que son parti enregistra un  départ dans les années 80-90. De Serigne Diop à Me Ousmane Ngom, en passant par Jean Paul Dias, une sorte de délire obsidional prédisposa Wade à voir la main du Parti socialiste derrière. En 2015, on se rappela qu’il reprocha, devant les caméras, à Modou Diagne Fada de comploter avec le pouvoir pour tenter de démanteler le Parti démocratique sénégalais de l’intérieur.

Toutes choses qui font que tout en dialoguant avec Macky Sall, Me Abdoulaye Wade garde une marge, pour pouvoir rebondir un jour. Et il est pertinent de croire que toutes ces démarches convergent vers un seul objectif : obtenir pour son fils la possibilité de se présenter à la présidentielle de 2024.

A cet égard, Idrissa Seck et les autres leaders de l’opposition engagés dans le dialogue sont invités à surveiller leurs arrières. Si Macky Sall parvient  à les embarquer dans un gouvernement de majorité présidentielle élargi, le Pds pourrait ne pas être de la partie. Il va les laisser être comptables du bilan de Macky Sall, aux fins de revenir en force pour hériter du véritable statut de chef de l’opposition que confère le peuple.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :