L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Abandon de poste: La tête de aya Boun Malick mise à prix

Ça a tout l’air d’une mesure de représailles contre le Secrétaire général du Sytjust dont le syndicat est en grève depuis quelques semaines pour exiger l’application du protocole d’accord signé avec le   gouvernement   le   17   février 2018.  D’après des sources dignes de foi, le premier président de la cour d’appel de Kaolack dont dépend le tribunal de grande instance de Fatick a adressé au Garde des Sceaux une lettre de dénonciation   contre   Aya   Boun   Malick Diop, greffier en service au tribunal de Fatick,  pour abandon de poste.  

D’après     des     sources proches du ministre Malick Sall, le syndicaliste passe plus de temps dans   les   médias   à   Dakar   qu’à prendre des audiences à son poste d’affectation. Saisi par le président Ousmane   Kane,   le   Garde   des Sceaux a actionné sa garde rapprochée composée  de Madame Aissé   Gassama,   magistrat   chevronné, secrétaire général du ministère,  du  conseiller technique numéro 1 Yakham Lèye, de Abdoulaye  Ndiaye, tout nouveau directeur   des   services   judiciaires, ancien directeur du Cfj qui  vient de boucler une mission de plusieurs années en Guinée où il participait à la formation des juges guinéens.

Et last but not least, le directeur de cabinet du ministre, Nasser Niane, ancien directeur de la Fonction publique et fonctionnaire   international,   récemment recyclé, pour préparer la guillotine. Dès qu’ils auront terminé leur dossier, une procédure disciplinaire sera engagée contre Aya Boun   Malick   Diop. 

 Seulement, dans un contexte de duel à fleurets mouchetés entre le Sytjust et la chancellerie, une telle mesure apparaît plus comme une mesure de représailles contre un syndicaliste rebelle et risque de radicaliser  davantage  et les travailleurs de la justice et la centrale syndicale à laquelle appartient le Sytjust. Qui plus est, elle présenterait le   ministre   sous   les   airs   d’un homme   belliqueux,   un   va-t-en-guerre. Il est clair qu’il ne s’agit pas de dédouaner le fonctionnaire qui devait être à son service pour justifier   son   salaire.    

Mais   il   se trouve que ce n’est pas nouveau d’autant que peu de Sénégalais savent que Fatick est le lieu d’affectation de Aya Boun Malick Diop qui passe pour le syndicaliste le plus médiatisé ces dernières années.  A cela, il faut aussi ajouter que   la   radiation   d’un   fonctionnaire   relève   d’un   parcours   de combattant à moins qu’elle n’ait des relents politiciens à l’image de celle d’Ousmane Sonko. En effet, dans une lettre circulaire numéro49 du 21 mai 1963, le Président Senghor définissait le cadre.

«J’ai l’honneur de vous rappeler qu’en abandonnant son poste, un fonctionnaire  rompt de sa propre initiative   le   lien   qui   l’unit   à l’Administration et sa place en dehors du champ d’application des lois et règlements édictés en vue de garantir l’exercice des droits inhérents à son emploi, ce qui autorise l’Administration à prononcer dans ce cas sa radiation des cadres sans accomplissement des formalités prescrites en matières disciplinaires», écrit-il en précisant : 

« Il conviendra, préalablement à toute décision, d’adresser au fonctionnaire coupable d’abandon   de   poste   une   mise   en   demeure à laquelle il sera invité à fournir   des   explications,   et   informé des mesures auxquelles il s’expose en ne déférant pas à l’ordre de reprendre service ou de rejoindre le poste qui lui avait été assigné. A l’expiration du délai imparti dans la mise en demeure, le fonctionnaire sera exclu des cadres sans mise en jeu de la procédure disciplinaire si ce n’est toutefois que le conseil de discipline devra être consulté sur le seul point de l’opportunité de prononcer cette révocation avec ou sans suppression des droits à pension».

Aussi, ajoute le Président Senghor,  il n’est pas nécessaire que soit long le délai en cause. Le maximum  devra   être   de   huit jours.  En l’espèce, cela suppose qu’une mise en demeure ait été faite au syndicaliste par son chef de   service.  

Ce   qui   n’est   visiblement pas le cas d’autant plus que le Syndicat est en grève. Joint au téléphone par L’As, le Secrétaire général du Sytjust déclare : «C’est vous qui me l’apprenez.  Je suis focalisé   sur   le   combat   que   nous sommes en train de mener pour le triomphe du droit et de la vérité. Le reste n’est que diversion.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir