Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Révolution numérique: Et si le Sénégal s’inspirait du modèle rwandais ?

Pas plus tard qu’en avril 2020, en conseil des ministres, le président Macky Sall a manifesté son souhait d’accélérer le développement du numérique au Sénégal. Et pour cause : depuis le lancement de la Stratégie Sénégal numérique, les choses ne bougent presque pas.

Il coule de source que le pays de la teranga traîne les pieds sur ce terrain, alors que d’autres Etats font des bonds prodigieux pour se projeter sur les rampes de l’émergence et opérer leur remontée technologique.

 « Considéré comme le seul référentiel en matière de politique nationale numérique, la stratégie Sénégal numérique 2025 connaît beaucoup de difficultés dans sa phase de mise en œuvre. En effet élaboré depuis 2016 avec comme objectif ambitieux de monter à hauteur de 10% la contribution du numérique dans le PIB, cette stratégie a du mal à se matérialiser du fait de l’absence réelle d’instruments de pilotage pouvant permettre sa mise en œuvre », nous apprend l’Organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication (OPTIC).

Plus que tout autre pays africain, le Rwanda a fait le pari de l’économie digitale pour riposter vigoureusement à la progression du coronavirus. Interrogé par Jeune Afrique, dans son numéro en kiosque, le président Paul Kagamé a présenté les vertus de cette option stratégique en ces termes : « Assurément, et cela nous aidera à reconstruire ce qui a été endommagé. Des solutions digitales innovantes made in Rwanda ont été créées pour tracer les mouvements du coronavirus à travers le pays. Elles nous ont permis de tracer les transmissions et les infections. C’est un secteur essentiel sur lequel nous allons nous appuyer pour faire redémarrer notre économie ». 

Dans un article mis en jour le 21 avril 2018, le site de Radio Canada conforme : « Le Rwanda a commencé son sprint vers la modernité il y a quelques années sous l’impulsion du chef du gouvernement, Paul Kagame. Celui qui est présenté comme le président numérique de l’Afrique a décidé d’investir massivement dans les infrastructures de communication.

La fibre optique ceinture maintenant tout le pays, et les réseaux 4G procurent des vitesses de téléchargement supérieures à celles de nombreux pays africains pourtant plus développés. Parallèlement, en faisant jouer la concurrence, le prix de l’accès à Internet a chuté radicalement, et aujourd’hui, plus de 40 % de la population est branchée ».

Selon une étude réalisée par le fonds transatlantique spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication (Partech Ventures) sur les fonds levés en soutien aux startups, le Sénégal a été classé e sur 12 pays en 2016,  avec 6,5 millions de dollars d’investissements. En tête du peloton, figure le Kenya qui a levé 348 millions de dollars en 2018. S’ensuivent le Nigéria (346 millions), l’Afrique du Sud (250 millions) ou encore la Tanzanie (75 millions) et l’Egypte (67 millions de dollars). C’est le top five africain en termes de levées de fonds en faveur des startups.

C’est dire que le Sénégal doit accélérer la cadence pour combler le gap numérique, par-delà les professions de foi.

Par la Rédaction de Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :