Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Décantinisation de la capitale sénégalaiseː Le Marché Sandaga sera rasé vendredi

Il y aura de l’électricité dans l’air vendredi prochain à Dakar-Plateau. Les nombreuses cantines qui jouxtent le mythique marché Sandaga ainsi que le bâtiment qui abrite le marché éponyme devraient être rasés. Les occupants ont été sommés de déguerpir au plus tard vendredi. Le cas échéant, au lendemain, il ne restera plus que les ruines de cette bâtisse construite en 1933. Une architecture coloniale dont les vestiges visibles à mille lieux rappellent l’oppresseur.

Sandaga, c’est un symbole vieillot qui balafre le visage nouveau de la capitale en route pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de 2022. Un nez épaté dans la figure pâle de Dakar. Tous s’accordent de la nécessité de modifier cet endroit, mais achoppent sur les modalités et le tempo. Arrivé à la tête du ministère de l’Urbanisme, du Cadre de vie et de l’Hygiène publique, Karim Fofana est droit dans ses bottes. Il entend réaliser ce projet à la vitesse de la lumière, sans flancher. M. Fofana a fini d’ailleurs par emprunter à l’ancien gouverneur de Dakar Saliou Sambou (surnommé Ndarane Sambou) son sobriquet de démolisseur.

Pour Fofana, l’Etat a déjà mis 500 millions Fcfa pour reloger les commerçants aux champs de courses et les conciliabules sont terminés. Il est temps de reconstruire un marché identique, attenant à un centre commercial aux normes, dit-il. Il devrait se faire accompagner dans l’opération par le Préfet deDakar, mais aussi le maire de Dakar-Plateau dont l’intervention dans le dossier n’a pas fait que des heureux.

 «Nous avons été les premiers à émettre l’idée. A l’époque, sous l’égide du ministre Alioune Sarr, du Premier ministre Aminata Touré, nous avons été reçus par le président. Un comité de pilotage avait dressé un plan consensuel. Il était question non pas de construire, mais de réhabiliter Sandaga. Un centre commercial de plus de 1 000 occupants était prévu également. Mais le maire de Dakar-Plateau qui refuse même de nous recevoir a réussi à proposer un autre plan qui ne prend pas en compte nos préoccupations», explique Djibril Diakhaté joint au téléphone par «L’AS».

Le porte-parole des commerçants regrette que son organisation «And Taxawu» Sandaga n’ait pas été impliquée dans le processus. «Il n’y a pas eu d’inclusion. Nous ne sommes pas contre le projet, mais il y a un préalable. Le ministre doit s’y soumettre d’abord, nous impliquer. Si on nous avait consultés, on n’aurait pas dépensé 500 millions Fcfa pour nous reloger là où personne n’ira. On aurait trouvé un immeuble de 5 étages àDakar avec cela», dit-il avant de rappeler que les commerçants ont déjà perdu des millions dans des incendies sans être indemnisés.

 «J’ai perdu plus de 80 millions Fcfa dans un incendie et personne ne m’a donné un seul franc. Si l’Etat veut nous reloger, il doit nous impliquer. Le ministre a sa feuille de route.Il parle de JOJ 2022, on ne s’en émeut pas outre mesure», dit-il avant de dénoncer la modification du premier plan avec notamment un parking souterrain et un centre commercial pour 700 places alors qu’il était convenu de mettre un centre de plus de 1 000 places.

 «L’AS» a appris que le Khalife général des mourides a béni le projet, mais recommande des concertations. Et d’ailleurs, une rencontre sous l’égide de Serigne Bass Abdou Khadre Mbacké est prévue aujourd’hui entre les commerçants et le gouvernement. Djibril Diakhaté nourrit l’espoir que la médiation entamée pourrait déboucher sur un accord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :