L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Seydi Gassama: «Que le régime actuel arrête d’instrumentaliser la justice»

Seydi Gassama n’est pas en phase avec l’Etat du Sénégal sur l’affaire du Commissaire à la retraite Boubacar Sadio. Et pour cause, il estime que la contribution «ne constitue pas d’offense au Chef de l’État».

Le secrétaire exécutif d’Amnesty international Sénégal demande tout simplement l’arrêt de toute poursuite.  « Nulle part dans cette contribution nous n’avons vu d’éléments qui peuvent constituer une offense au Chef de l’État, puni par l’article 254 du code pénal, ou d’atteinte à la sûreté de l’État puni par l’article 80 du code pénal.

Boubacar Sadio dit très bien à la fin de son article qu’il ne fait pas partie de ceux qui demandent la démission du Chef de l’État mais qu’il a le droit de continuer à exercer», a-t-il lancé sur les ondes de Zik Fm.

A l’en croire, les citoyens doivent avoir cette liberté de dire ce qu’ils pensent, sans être inquiétés. «Donc, nous demandons la fin du harcèlement contre le commissaire Boubacar Sadio. Nous demandons à ce que le régime actuel arrête d’instrumentaliser la justice pour faire taire les critiques. Parce que, dans une démocratie, lorsque les citoyens ne peuvent pas critiquer l’action du gouvernement, évidemment on ne peut plus parler d’état de droit», a-t-il fait savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir