L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Lamine Diack, ou la descente aux enfers de l’ancien patron de l’athlétisme mondial

Quatre ans de prison et 500 000 euros d’amende ont été requis contre le Sénégalais Lamine Diack. L’ancien patron de l’athlétisme mondial est soupçonné d’avoir touché des pots-de-vin pour couvrir le dopage d’athlètes russes.

Lamine Diack sera bientôt fixé sur son sort, mais il en a déjà un aperçu : hier, le parquet national financier de Paris a en effet requis quatre ans de prison et une amende de 500 000 euros, soit la peine maximum contre l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF).

Mis en examen en 2015 par la justice française, son procès s’est ouvert le 8 juin 2020. Inculpé avec cinq autres coaccusés dont son fils Papa Massata Diack pour avoir organisé au début des années 2010 un vaste système de corruption sur fond de dopage.

L’accusé vedette aurait notamment couvert une vingtaine d’athlètes russes dopés en échange d’importants pots-de-vin. On lui reproche également le choix contesté de Doha pour accueillir les mondiaux d’athlétisme en 2019.

Contre son fils, jugé par contumace puisque “confiné” à Dakar, le parquet a demandé la même condamnation pécuniaire assortie d’une peine de prison de cinq ans. Et un mandat d’arrêt international a été émis à son encontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :