Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Reprise précipitée des cours: Et si le ministère donnait raison à Dame Mbodj qui faisait dans l’alerte?

Cet échec de la décision du gouvernement de faire reprendre dare-dare les cours pour les classes d’examen ce mardi 2 juin 2020 n’a pas surpris du tout surpris Dame Mbodj, secrétaire général du Cusems authentique et coordonnateur du G20, qui qualifie la situation de « désastreuse », par ce que dit-il au bout du fil que c’est un « énorme fiasco ». Une situation qui fait penser à certains observateurs avertis de l’éducation. Est-ce que le ministère n’a pas donné raison à Dame Mbodj qui faisait dans l’alerte ?

Joint par dakar24sn juste après la décision de l’Etat du Sénégal de reporter la reprise des cours jusqu’à une date ultérieure, Dame Mbodj, Secrétaire Général du Cusems/A. de dire sans ambages: «C’est vraiment triste. Le CUSEMS n’est pas surpris par cet échec, par ce que nous avions dit qu’il n’y a aucune planification de l’activité ».

«Nous avions dit également lors du départ des enseignants, avec l’énorme foule enregistrée au Terminus de Sénégal Dem Dikk au rond-point liberté 5 fait froid dans le dos, au regard de la situation actuelle de la COVID-19. Des risques énormes sont pris dans une région telle que Dakar, l’épicentre de la maladie avec environ 60% des cas testés positifs sur tout le Sénégal », rappelle-t-il.

Poussant plus loin son argumentaire, le secrétaire général du G20 qui avait pris pourtant l’opinion à témoin sur le retour des enseignants qui ont voyagé dans des conditions extrêmement difficiles où un désordre désorganisé les exposant à la contamination du Covid-19, risque d’avoir raison sur l’autorité.

Ce qui a poussé à Dame Mbodji d’ajouter : « La précipitation des autorités a entraîné plus de problèmes que de solutions car les enseignants sont stigmatisés dans leur lieu de service et dans certaines localités, les écoles ne sont pas dans les normes».

Une occasion que le syndicaliste a aussi saisie pour dérouler une proposition de taille en ces termes : «Vous savez qu’on a déjà perdu deux mois dus aux grèves et deux autres mois à cause de la pandémie. Si vous y ajoutez un autre mois, l’année est perdue. Il y a aussi le cas des élèves de terminale qui ne pourront pas passer leurs examens au-delà du mois d’août, surtout pour ceux qui doivent voyager. Donc programmer la reprise pour ce 2 juin 2020, c’est décréter l’année blanche, car elle ne pourra plus être sauvée techniquement et pédagogiquement ».

Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :