Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Achat et transport de l’aide alimentaire: Qui veut semer le doute? Par Bara Ndiaye

«Si la manipulation était payante, nous serions riches depuis des siècles » Marie J Clément

Volontairement et de façon insidieuse, des esprits malintentionnés tentent d’installer une vraie fausse polémique sur ce qu’ils appellent pompeusement « le scandale de l’achat et du transport de l’aide alimentaire ». Sachant que les autorités en charge de cette question n’avaient de temps à consacrer à démentir des mensonges, ces personnes oublient même que pour bien mentir, on a besoin de s’appuyer sur des inepties vraisemblables. Sinon comment se passer, même en voulant manipuler l’opinion avec le regard complice d’une certaine presse, des aménagements juridiques trouvés dans le cadre des opérations d’urgence qu’appelle la situation de pandémie.

Un bref rappel :

Sur l’achat du riz :

  • Par décret 2020-781 du 18 mars 2020 portant dérogation au code des marchés publics, le Président de la République a voulu que toutes les acquisitions de produits et services destinés à la lutte contre le Covid-19 se fassent de manière diligente en tenant compte de l’urgence et de la nécessité impérieuse de boucler les opérations dans les délais.

Par souci de transparence, l’Autorité Régulation des Marchés Publics a été sollicitée pour garantir et concilier la double exigence de transparence et de rapidité.

Dans ce sillage, un avis de commande ouverte en procédure d’urgence a été lancé et publié dans trois (3) différents quotidiens de la place par le ministère du développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale pour l’achat de :

  • Riz brisé non parfumé en sac de 50 kg : 5000 tonnes
  • Sucre en conditionnement de 10 ou 5 kg : 500 tonnes
  • Huile en conditionnement de 5 ou 10 litres : 10.000 litres
  • Pâtes alimentaires en conditionnement de 5 ou 10 kg : 1000 tonnes
  • Savon en pack de 18×300 grammes unités : 10.000 packs

Dans le dossier de candidature, le ministère demandait aux soumissionnaires de fournir trois éléments :

  • Une facture proforma indiquant les quantités proposées et les prix
  • Une attestation sur l’honneur indiquant les quantités des stocks disponibles qui doivent être supérieures ou égales aux quantités minimales fixées ci-dessus
  • Un échantillon de chaque produit proposé

Faut-il rappeler que le décret 2020-781 portant dérogation au code des marchés publics a pourtant épargné le ministère de cette procédure complexe, mais ses responsables ont tenu à respecter le principe de l’égal accès des entreprises à la commande publique.

A toutes les conditions de qualification notamment la capacité (le cumul de leur disponibilité dépasse la quantité sollicitée) et la compétitivité qualité-prix, quatre (4) entreprises ont proposé le prix de 275.000 FCFA la tonne soit le coût le moins cher sur le marché.

Il s’agit des entreprises :

  • Comptoir commercial Mandiaye Ndiaye pour 30.000 tonnes
  • Bambouck pour 5000 tonnes
  • Avanti SUARL et Afri and Co pour 65.000 tonnes

C’est dans cette logique et la seule d’ailleurs, que le marché d’acquisition du riz destiné à l’appui des ménages vulnérables du pays a été passé. Pour ce qui est de la coïncidence d’adresse de deux entreprises soumissionnaires, il convient de souligner que ça ne peut pas intéresser de ministère du développement communautaire parce que n’ayant jamais été un critère en matière de qualification.

Tout comme il est extrêmement important de rappeler qu’aucune entreprise respectant ces critères n’a été écartée de la sélection. Celles qui souhaitent soutenir le contraire doivent être en mesure de le prouver.

Pour ce qui est du transport, les faits sont aussi différents de ce qui a été dit jusqu’ici dans la presse.

Le ministère a consulté des transporteurs intéressés à fournir des propositions de tarif avec une condition majeure : disposer d’un parc de gros porteurs supérieur ou égal à 50 camions.

A cette consultation, des transporteurs ont fait parvenir des propositions de tarif différentes. Les uns ont proposé un tarif au kilomètre, les autres un tarif à la tonne.

L’option du ministère étant de minimiser les coûts en choisissant les offres de tarif se rapportant au tonnage. A cette sélection, des entreprises comme UDE, de Demba Diop et Sady de Talla Sady ont été retenues. Ces entreprises reconnues et spécialisées dans le transport international de marchandises assurent le transport des denrées vers les localités les plus éloignées du pays.

Il est également utile de préciser que le concours de l’armée a été sollicité dans cette opération pour réduire les coûts du transport, tout comme des transporteurs patriotes ont mis leurs camions à la disposition du ministère qui n’aura à payer que le carburant et les frais d’entretien.

A regard de ce processus, il est manifeste que des individus tentent de passer outre la vérité et les faits, pour lancer, une nouvelle fois, une vaste entreprise de discrédit de cette opération, la plus importante en terme de volume de l’histoire du Sénégal.

La presse qui tombe dans le piège de ces manipulateurs doit aller à la bonne source plutôt que de se contenter des bribes d’informations distillées par des personnes qui, peut-être, avaient des intérêts non pris en compte.

Les détenteurs d’informations contraires à celles-ci et qui peuvent aider à la manifestation de la vérité sont les bienvenus dans ce débat.

Bara NDIAYE

0 thoughts on “Achat et transport de l’aide alimentaire: Qui veut semer le doute? Par Bara Ndiaye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :