L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Fadel Barro: «Nous sommes venus dire au médiateur de la République…»

Le collectif citoyen Ñoo lànk ñoo bañ poursuit ses séries de rencontres avec les porteurs de voix de toute obédience confondue. Après Khalifa Sall, le collectif, composé de plusieurs mouvements citoyens, a rencontré hier le médiateur de la République, Alioune Badara Cissé, dans ses locaux. Beaucoup de questions ont été abordées.

Entre autres sujets discutés : il y a la hausse du prix de l’électricité, la libération de Guy Maris Sagna et deux de ses camarades et le droit de marche. «Nous sommes venus dire au médiateur de la République que la hausse du prix de l’électricité est injuste. Car elle découle d’une politique flagrante de faire porter aux Sénégalais les échecs de leur gestion», tape du poing sur la table Fadel Barro.

Pour le collectif Ñoo lànk ñoo bañ, l’État a plusieurs possibilités pour supporter le coût de l’électricité. «Avant de faire porter aux populations les coûts de l’électricité, il doit d’abord réduire son train de vie. Le président de la République doit baisser son salaire (Ndlr, comme l’a fait le président zambien, face au coût de l’électricité dans son pays).

Il doit aussi supprimer les institutions budgétivores et inutiles comme le Haut conseil des collectivités territoriales. Nous sommes pour une solidarité nationale, mais elle doit commencer par le sommet», souligne M. Barro. Le collectif Ñoo lànk ñoo bañ ne compte pas laisser passer la hausse du prix de l’électricité.

«Le combat citoyen que nous menons va continuer. Le 10 janvier prochain nous organisons un grand rassemblement pacifique à Dakar. Il y aura aussi des rassemblements dans toutes les régions du Sénégal et dans la Diaspora. Car, il n’est pas question d’accepter que les populations portent le fardeau des tares du régime en plage», martèle Fadel Barro.

Les discussions avec Abc ont aussi tourné sur le droit de marche et la libération de Guy Marius Sagna et de ses camarades. À ce propos, le collectif exige la libération de leurs camarades et la suppression de l’arrêté Ousmane Ngom.

Le médiateur de la République, quant à lui, s’est réjoui de l’ambiance qui a prévalu durant la rencontre. Alioune Badara Cissé a promis à ses hôtes de saisir très rapidement le Président Macky Sall pour lui faire part des derniers développements dans le combat que mène le collectif Ñoo lànk ñoo bañ.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir