L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Turbulence à Air Sénégal: Comment Philippe Bohn à payer les frais de sa gestion

Débarqué de la tête d’Air Sénégal, Philippe Bohn paierait le prix de « graves dysfonctionnement en interne ». «Une organisation managériale pas à la hauteur, tout était concentré entre les mains de Bohn et de ses deux lieutenants (le directeur réseau et expérience client et celui de la stratégie et de l’investissement) », informe une source en interne qui souhaite garder l’anonymat.

Elle confesse une litanie de manquements dans le fonctionnement de la compagnie : « Il n y a de service juridique, pas d’organigramme, pas de comité directeur, encore moins de contrôle de gestion. Le Daf était mis de côté. Le Dg était le seul à avoir une vue sur les contrats des employés. »

Les salariés dépeignent un tableau apocalyptique de la gestion de Philippe Bohn mais aussi de son humeur. « C’est un acariâtre qui insufflait la mauvaise humeur au sein de l’entreprise. Nous nous sentions surveillés et épiés avec des caméras partout au siège », confie une autre source.

Le cas des pilotes sénégalais

La gestion des pilotes sénégalais avait fini par créer une tension supplémentaire au sein de la compagnie. « La majorité des pilotes sénégalais ne faisait pas le quota d’heures mensuelles alors que le Dg était en train de recruter d’autres pilotes expat », poursuit la première source. La grogne avait fini par couver presque à tous les étages. Mais la goutte d’eau de trop eut lieu dimanche 14 avril avec la panne de l’Airbus Néo 330 d’Air Sénégal.

Là aussi, les critiques ne manquent pas dans la stratégie opérée. « Il a fait un choix très onéreux pour la compagnie en louant un A380, un gros avion dont le remplissage ne se fait pas facilement et qui prend 45 tonnes de kérosène pour faire le trajet entre Paris et Dakar alors que le Neo 330 en consomme que 25 ».

Après le licenciement de Philippe Bohn par le Conseil d’administration d’Air Sénégal SA, nos sources évoquent « la satisfaction des salariés (près de 200) qui souhaitent la bienvenue à Ibrahima Kane, une tête bien faite, pour remettre de l’ordre dans la maison ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir