L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Nommé Ministre: Comment la mauvaise gestion de Cheikh Oumar Hann a été récompensée

La nomination de Cheikh Oumar Hann, au poste de ministre de l’Enseignement supérieur, en remplacement de Mary Teuw Niane, est à l’origine d’une vive polémique dans les réseaux sociaux depuis la publication de la liste du gouvernement. A l’Université Cheikh Anta Diop, ce choix porté sur Cheikh Oumar Hann est très contesté. A l’unanimité, les étudiants refusent ce choix.

Pour eux, il est inadmissible qu’un homme qui est incapable de gérer le Coud soit porté à la tête d’un ministère; de l’Enseignement supérieur de surcroît. Peint comme un dirigeant très limité, pour ne pas dire incompétent, en plus d’avoir été épinglé par l’Ofnac, cette décision présidentielle fait l’objet d’un rejet total.

«C’est une grande déception pour nous». C’est la réaction instantanée de Papa Samba Barry, étudiant à la Faculté de médecine, de pharmacie et d’odontologie à propos de la nomination de Cheikh Oumar Hann. Ce sentiment, Papa Samba Barry le partage avec la plupart de ses camarades étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop. Pour ce dernier, Cheikh Oumar Hann n’a pas les compétences pour tenir convenablement les rênes du ministère. «Comment quelqu’un qui ne peut pas gérer le Coud peut-il gérer un poste ministériel ? Même le problème des logements, il n’a pas pu y remédier et maintenant, on lui confie le ministère de l’Enseignement supérieur», questionne-t-il. Pour Barry, si Mary Teuw Niane est remercié, quelqu’un de plus efficace devait être nommé. Mais la nomination de Cheikh Oumar Hann «est une catastrophe».

En plus de cela, Cheikh Oumar Hann n’hésitait pas à mettre la main à la poche pour faire taire les étudiants lorsqu’ils commençaient leurs revendications. «Ce n’est pas la bonne personne. L’éthique, il n’en a rien à faire. Il a des méthodes peu orthodoxes», dit-il. 

«C’est quelqu’un d’incompétent, il parle un piètre français, cette nomination nous déçoit»

Allant dans le même sens, Ass Tacko Diagne, ancien président des étudiants délégués de la Faculté des lettres et sciences humaines en 2016, par ailleurs membre du Conseil d’administration du Coud, revient sur ce qu’il sait de l’homme. «Nous connaissons l’homme pour l’avoir fréquenté et pour avoir travaillé avec lui. Sa seule méthode pour convaincre les étudiants, c’était la distribution de l’argent. C’est quelqu’un d’incompétent, ça tout le monde le sait. C’est une nomination qui nous déçoit sur toute la ligne», lâche-t-il. Avant de poursuivre : «il parle un piètre français, il a des problèmes de communication, il a des limites. C’est quelqu’un de fougueux, qui est toujours sur la défensive».  

«J’ETAIS DEPASSE. JE ME SUIS DIT QUE C’ETAIT PEUT-ETRE UN POISSON D’AVRIL»

Djibril Sène, cet étudiant en master 1 à la Faculté des Sciences juridiques et politiques à l’Université de Dakar ne cache pas sa déception. «C’est une grande bêtise. Hier, quand je l’ai entendu à la télévision, j’étais dépassé. Je me suis dit que c’était peut-être un poisson d’avril ou une farce», lâche-t-il. Avant d’ajouter : «je me demande bien sur quelles bases il a été nommé. Lui qui a été cité dans pas mal de scandales et épinglé par des rapports, quelles leçons va-t-il donner aujourd’hui ? Mary Teuw Niane, quoi qu’on puisse dire, il était compétent. C’est vrai qu’on n’était pas d’accord avec lui sur certains points, mais personne ne doute qu’il était quelqu’un d’expérimenté et savant. Mais celui-là, non seulement il n’est pas compétent mais son parcours est pauvre». 

«IL FAUT L’ENTENDRE PARLER POUR SAVOIR QU’IL N’A PAS GRAND-CHOSE DANS LA TETE»

Ce même sentiment anime Safiétou Sylla, étudiante à la Faculté des sciences économiques et de gestion et originaire de Louga. «Il faut l’entendre parler pour savoir qu’il n’a pas grand-chose dans la tête. Il sera obligé de tenir des réunions, de discuter avec des partenaires et je me demande bien comment il va faire. Il est très limité. Mary Teuw Niane est un universitaire reconnu, efficace et savant. ce, même s’il a rencontré énormément de difficultés durant son mandat. Mais avec Cheikh Oumar Hann, donc, il faut s’attendre au pire».

Sadialiou Diallo, étudiante à la Faculté de médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie a dû se nettoyer les oreilles plusieurs fois pour croire que c’est bien Cheikh Oumar Hann qui est aujourd’hui leur ministre de tutelle. «Je pensais qu’on parlait d’un autre», lâche-t-elle, avant d’éclater de rire. Et c’est seulement après avoir vu les commentaires de ses camarades sur les réseaux sociaux qu’elle a su que c’était bien l’ancien Directeur du Coud qui vient d’être nommé ministre de l’Enseignement supérieur. «C’était vraiment la surprise. Il faut vraiment que le chef de l’Etat explique ce choix. Il n’a pas été nommé parce qu’il est compétent ou parce qu’il a fait ses preuves au Coud. Certainement, c’est une nomination politique. Dans tous les cas, on risque gros».

Saliou Djité, étudiant à la Faculté des sciences et techniques, a eu la même réaction que sa camarade. «C’était vraiment la plus grande surprise dans ce nouveau gouvernement. C’est la tâche de ce gouvernement. Déjà, à l’Université, personne ne l’apprécie, parce qu’il communique mal, mais il fait également des promesses qu’il ne respecte jamais. On préfère mille fois Mary Teuw Niane».

Ndèye Sali Sow, étudiante à la Faculté des sciences économiques et de gestion, pense elle aussi que Cheikh Oumar Hann n’est pas l’homme de la situation. «Un ministère ne peut pas être géré par n’importe qui. Le ministère de l’Enseignement supérieur rencontre pas mal de problèmes et ce n’est pas pour rien que les étudiants vont tout le temps en grève.  Au Coud, les plus petits problèmes, il n’arrive pas à les gérer. A chaque fois, il donne des délais, montre des papiers, comme quoi la situation est sur la bonne voie. Mais au final, rien du tout. Et aujourd’hui qu’il est ministre, comment il va faire pour apporter des solutions à nos revendications ? Personne ne pouvait imaginer pire que lui».

Sa camarade Sophie Gnabaly, qui n’a rien raté de la discussion, n’a pas pu se retenir de jeter son grain de sel. «Apparemment, le Président n’est pas au courant de ce qui se passe au Coud. On ne peut pas nommer quelqu’un au poste de ministre alors que là où il était, il n’a pas fait ses preuves». Avant de poursuivre : «ce sont ces genres de nomination qui font que certains secteurs ne vont jamais avancer. Tout le monde se rappelle ses scandales. Au Sénégal, on encourage la médiocrité et ce sont les voleurs qui sont remerciés». 

Cheikh Oumar Hann épinglé par l’Armp et l’Ofnac 

Cheikh Oumar Hann est un Directeur spécial. Tous les corps de contrôle qui sont passés au Coud l’ont épinglé d’une manière ou d’une autre. L’Armp a décelé des scandales graves dans sa gestion. Mais les plus gros cafards, c’est l’Ofnac qui les a révélés. Et ils dépassent l’entendement. 

L’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a décelé un scandaleux gré à gré dans la gestion et l’exploitation des restaurants universitaires Claudel-Esp, Ensept, Bloc Isfar-Ense-Cmrt-Ufr Santé-Hôtel du Rail, Ziguinchor et Ept Thiès. En effet, dans sa décision numéro 126/Armp/Crd, l’instance de régulation des marchés publics au Sénégal a été catégorique : «les prestations relatives à la restauration des universités en objet ont été exécutées en dehors des règles de procédure de passation des marchés». Cette cession illégale à des prestataires de l’exploitation des restaurants universitaires allait priver les étudiants de nourriture durant l’année universitaire à venir et sans doute causer de vives tensions dans le campus.

Le rapport de l’Office national de Lutte contre la Fraude et la Corruption (Ofnac) a également épinglé le Directeur du Centre des œuvres universitaires de Dakar. Les faits de délinquance présumée au sein du Centre des œuvres universitaires de Dakar ont mis la puce à l’oreille de l’Ofnac. En effet, il est reproché à Cheikh Oumar Hann l’octroi de subventions sans identification formelle des bénéficiaires, encore moins de justificatifs. Ce n’est qu’un aspect parmi les dizaines d’autres griefs dévoilés sur sa gestion. 

Source Les Echos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir