L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Cité dans un 'deal' avec DEFEX: Le ministre Oumar Guèye en colère, menace

«Je tiens à préciser d’emblée que ces informations sont mensongères, fausses et dénuées de fondement»  C’est la réponse apportée par, le ministre de la Pêche, Oumar Guèye suite aux accusations portées contre lui dans le cadre d’une supposée affaire de corruption concernant un contrat militaire de surveillance des côtes camerounaises, impliquant également des autorités de ce pays.

Oumar Guèye promet, par le biais de son avocat, de poursuivre en justice les auteurs des accusations, qui selon lui, tenteraient d’entacher sa dignité et son honneur.

Le ministre de la Pêche, a fait face à la presse ce mardi, pour démentir avoir fait partie d’un réseau de corruption, dans lequel il aurait reçu près de 9973.02 euros. Réseau dans lequel auraient pris part l’entreprise espagnole Defex et des autorités camerounaises. Devant les journalistes, il a démenti ces informations et promet d’ester en Justice. «En aucun moment, dans l’exercice de mes fonctions ministérielles, je n’ai eu à m’occuper de questions d’armement. Je n’ai jamais été dans ma vie au Cameroun. Je n’ai jamais mis les pieds au Cameroun, même dans l’exercice de mes fonctions. »

«Je ne connais aucune autorité de ce pays, encore moins la société espagnole incriminée dans cette affaire Defex et ses dirigeants. Ces derniers ne me connaissent pas non plus. Aucun des départements que j’ai eu à diriger n’a eu de contacts avec Defex. «Un virement suppose un compte bancaire. Je n’en ai qu’un seul au Sénégal, ouvert dans les livres de la banque Atlantique. Et j’ai par devers moi tous les relevés. De l’ouverture du compte à aujourd’hui. Et c’est le seul compte que j’ai. »

Vous n’y verrez aucun virement de 9973,02 euros  ou de 6 432 328 francs Cfa. Cela n’existe pas. Je n’ai jamais eu de comptes bancaires ni en Suisse, ni en Espagne, ni ailleurs. Le seul compte bancaire que j’ai c’est à la banque Atlantique.». «Je tiens à dire que je n’entends pas laisser cette affaire passer sans une réaction appropriée. J’estime qu’elle pourrait entacher ma dignité, mon honneur, et ma réputation. Après concertation  avec mon avocat, j’ai  décidé d’envoyer aux différents journaux, des citations directes pour qu’ils apportent la preuve de leurs allégations mensongères et diffamatoires.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir