Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir

Meurtre d’Ahmed Seydi à Yeumbeul Nord: Comment le boutiquier du coin est mouillé jusqu’au cou

Nos confrères du quotidien Les Echos avaient annoncé hier en exclusivité dans ces mêmes colonnes la traque acharnée par la police de Malika au boutiquier du quartier de Darou Salam 6 de Bène Baraque de Yeumbeul Nord, suspecté d’être le présumé meurtrier du petit garçon Ahmad Seydi, 3 ans et demi. Ainsi, Mohamed Codou Thiam, boutiquier du coin, a été interpellé et conduit, hier, au petit matin, au commissariat. Il fait présentement face aux questions des enquêteurs.  

La police de l’arrondissement de Malika a mis aux arrêts, hier, vers 8h, le recherché boutiquier, présumé meurtrier du petit garçon Ahmad Seydi. Mohamed Codou Thiam, né le 10 novembre 1998 à Diofior, a été cueilli par les limiers opérant en civil du commissariat, alors qu’il s’apprêtait à quitter le pays. Il est né le 10 novembre 1998, célibataire et tient sa boutique dans la maison où vit la famille de la victime à Yeumbeul Nord. 

Thiam nie les faits et déclare que le garçon s’est noyé tout seul dans un vase qu’il avait rempli d’eau dans sa boutique.

Dès après les formalités d’usage, les limiers entament l’exercice de questions-réponses avec le boutiquier Thiam, qui nie être l’auteur de la mort de l’enfant tout en indiquant que ce dernier est décédé chez lui. «Le garçon s’est noyé tout seul dans un vase que j’avais rempli d’eau dans ma boutique. Et n’ayant pas pu le sauver, mais aussi de peur d’être accusé à tort, l’idée m’est venue de prendre le corps sans vie et de le fourrer dans un sac plastique, avant d’aller le déposer dans la bande des filaos de Malika Plage», a-t-il indiqué. 
  
Le boutiquier se rétracte et dit avoir lui-même noyé l’enfant dans le vase rempli d’eau par vengeance, car son papa l’a «marabouté» 
  
Acculé de questions, rapportent toujours nos informateurs, Thiam-boutiquier craque, ravale ses dénégations véhémentes et passe à table. Ainsi, il avoue avoir lui-même noyé le garçon dans le vase rempli d’eau dans le but de se venger du papa de l’enfant qui, selon lui, lui aurait jeté un mauvais sort qui serait à l’origine de la maladie dont il souffre. «J’ai menti dans mes premières déclarations. C’est moi-même qui ai tué de ma propre main le petit Ahmad Seydi. Je reconnais l’avoir noyé dans le vase que j’avais rempli d’eau dans ma boutique. J’ai agi de la sorte par vengeance. Le papa de l’enfant m’a marabouté et jeté un mauvais sort. Cela est à l’origine de la maladie dont je souffre», a confié le présumé meurtrier. Le mis en cause est toujours gardé à vue dans les locaux du commissariat et défile devant les enquêteurs. Il devrait être présenté demain jeudi devant le procureur de la République du Palais de justice de Pikine/Guédiawaye pour les incriminations retenues contre lui.L’autopsie confond le boutiquier  
Quand Thiam-boutiquier a été conduit à la police et livré aux enquêteurs, renseignent nos informateurs, il a tenté de nier les accusations de meurtre du petit Ahmad Seydi. Il a soutenu mordicus la thèse de l’accident et clamé haut et fort son innocence dans l’affaire. Mais, à la lecture des conclusions du rapport de l’autopsie, il a été confondu dans ses allégations. 
…et confirme le décès par asphyxie du petit Ahmad Seydi 
Les résultats de l’autopsie ont été clairs, nets et précis : Ahmad Seydi est mort «par asphyxie avec présence d’une lésion pénétrante traumatique superficielle de la région temporale». Ces conclusions du rapport de l’autopsie ont pesé lourd dans la balance. Ainsi, cela a poussé le mis en cause à ravaler ses dénégations à tout bout de champ et surtout avouer le meurtre du petit garçon. 
  
Les symptômes qui confortent la thèse du meurtre par étranglement ; une reconstitution des faits en vue 
L’enfant a été étranglé à mort par le mis en cause avec ses mains. «La thèse de mort par étranglement reste la plus plausible. Des signes symptomatiques renseignent à suffisance sur ça : les secrétions buccales, les souillures (urine et excréments) et les morsures (l’enfant avait gravement mordu ses lèvres pendant qu’il se débattait)», confient nos informateurs. Une reconstitution des faits est prévue par les limiers.Ahmad Seydi inhumé hier au cimetière de Malika 
Après l’arrestation du présumé meurtrier, le petit Ahmad Seydi a été accompagné hier à sa dernière demeure. L’élève du préscolaire d’un établissement franco-arabe repose désormais au cimetière de la commune de Malika. La levée du corps a eu lieu auparavant à l’Hôpital général de Grand Yoff ex Cto.       
  
Le remarquable travail d’enquête de la police de Malika sur le meurtre  
  
A l’annonce de la découverte du corps sans vie du petit Ahmad Seydi, 3 ans et demi, vendredi dernier, vers 18h, dans la bande des filaos de la berge de Malika, l’on se posait mille et une questions sur les véritables circonstances de la mort tragique de l’enfant. Mais surtout sur la capacité des limiers du commissariat de l’arrondissement de Malika à démêler l’écheveau et procéder à l’arrestation du ou des auteurs de la boucherie. Mais, après quatre jours d’une enquête rondement menée, une enquête préliminaire effectuée avec professionnalisme et ponctuée de géolocalisation des appels téléphoniques et de vérifications du répertoire du cellulaire. Sans oublier les collectes de renseignements, d’interpellations des proches et des voisins du mis en cause, des planques et des infiltrations. Ainsi, les hommes du nouveau commissaire de police ont réussi à mettre le grappin sur le recherché boutiquier, présumé meurtrier. Une nouvelle qui a fait l’objet d’une délivrance de la part de la famille de la victime et un ouf de soulagement des populations de la banlieue dakaroise, notamment, Malika et Yeumbeul Nord. 
  
Source Les Echos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dakar 24 : L'information un droit, Vous Servir, Notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :